Lettre ouverte au député Christophe Blanchet

Dernière mise à jour : 17 août 2021



Monsieur le député,

Avant toute chose, je vous prie de bien vouloir pardonner les désagréments que peut générer ce courrier en plein réconfort de votre cyclo-tournée électorale.


Toutefois, après avoir pris connaissance de l’amendement de votre cru, visant à sanctionner d’un an de prison et de 15 000 € d’amande tout libre penseur, défenseur des droits de l’hommes, du secret médical et de la dignité, et par ma foi du bon droit français et de notre constitution, refusant de se plier à la présentation du pass sanitaire ; il m’est apparu des plus urgent de vous rappeler les fondements de notre démocratie.

En effet, Monsieur le député, vous semblez avoir oublié que nous évoluons, normalement, dans un système politique de représentation. Représenter et non diriger, servir et non asservir, telle devrait être normalement votre devise.

Malheureusement, j’ai l’impression que votre propension à servir vos semblables est aussi faible que votre légitimité à siéger au Palais Bourbon.

Comment pouvez prétendre écraser le droit, le peuple, la constitution, l’intelligence et la vie, alors que vous-même ne représentez que 22,4% des inscrits de votre circonscription, seulement 22624 personnes vous ont choisi sur 101010 inscrits. Qui représentez-vous Monsieur Blanchet ?


Croyez-vous véritablement servir vos semblables en approuvant une loi qui, toutes considérations sanitaires douteuses misent à part, est une véritable machine à diviser et asservir la population ! Croyez-vous servir l’Homme en l’accablant d’une peine de prison parce qu’il boit un café en terrasse sans son QR code ? "Je préfère cela plutôt que de faire porter la sanction uniquement sur les entreprises", allez-vous sans doute me répondre comme vous l’avez déjà déclaré. Pour paraphraser Hannah Arendt, je ne peux que vous rappeler qu’à choisir des deux maux le moindre mal, vous choisissez toujours le mal !

Enfin, Monsieur Blanchet, permettez-moi de vous interroger sur vos aspirations pour notre pays.

Souhaitez-vous vraiment vivre dans ce monde que vous nous préparez ? Êtes-vous certain de vouloir transformer chaque Français en petit délateur, chaque citoyen en contrôleur ? Ne trouvez-vous pas que notre peuple est déjà suffisamment désuni pour le diviser encore en gens "sains" d’un côté et "malsains" de l’autre ? Interdisant aux derniers de circuler librement, d’accéder à des structures qu’ils continuent de financer par leurs impôts ? Leur refusant même l’accès aux soins ?

Voulez-vous vraiment d’une civilisation qui s’empêche de vivre par peur de mourir ?


Moi non ! Et je suis loin d’être le seul à considérer que la pulsion de vie, que l’union, la liberté, l’égalité et la fraternité doivent toujours être le terreau de notre civilisation, non la peur et la division !


C’est pourquoi Monsieur le député, étant établi que vous êtes aussi légitime à représenter la France qu’un Balkany la probité, je vous invite, si ce n’est à avoir le courage de démissionner, à vous raviser bien vite quand à vos votes. Je crois tout homme apte à admettre ses erreurs et vous ne faites sans nul doute pas exception. C’est pourquoi je vous prie d’enfin œuvrer pour la vie et non la survie, vous invite à vous lever chaque matin animé par la volonté d’unir et non de punir ou diviser. A voter pour servir et non asservir. En participant dès maintenant à la chute de ce pass de la honte, vous servirez non seulement vos frères, mais aussi la vie.


Comptant sur un réveil prochain de votre bienveillance, je vous prie Monsieur le député d’agréer mes plus respectueuses salutations.


Flavien Bernard

1 331 vues0 commentaire