top of page

Jour 11 : La rancune


Père éternel, source de toute bonté et de toute miséricorde, éclaire nos cœurs et nos esprits. Aide-nous à reconnaître la rancune en nous et à comprendre son origine. Donne-nous la force de nous libérer de ce fardeau qui nous éloigne de Toi et des autres. Accorde-nous la grâce de transformer notre amertume en amour et en compréhension. Que Ta lumière guide nos pas vers la paix intérieure et la réconciliation. Amen.


Extrait de l'Ancien Testament :


"Ne te réjouis pas de la chute de ton ennemi, et que ton cœur ne soit pas dans l'allégresse quand il trébuche." (Proverbes 24:17)


Extrait des Évangiles :


"Mais je vous dis, aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent." (Matthieu 5:44)


Méditation :


Hier, nous avons parlé des désaccords et de l'importance de les gérer avec humilité et respect. La rancune est souvent la conséquence de désaccords non résolus, de blessures émotionnelles qui n'ont pas été soignées.


La rancune prend racine dans nos cœurs lorsque nous ressentons une injustice ou une trahison. Elle est le fruit de la douleur non exprimée, de la colère non résolue. Porter rancune, c'est garder en soi le poison du passé, refusant de le libérer. C'est un sentiment pernicieux qui ronge notre âme, nous enfermant dans une spirale de négativité et de souffrance.


Il est important de reconnaître que la rancune ne fait pas seulement du mal à ceux contre qui elle est dirigée, souvent d'ailleurs nous laissons les objets de nos rancune dans l'ignorance. En vérité, elle nous blesse nous-mêmes bien plus profondément. Elle nous emprisonne dans une cage de ressentiment et de douleur, nous empêchant de trouver la paix et la sérénité. En cultivant la rancune, nous fermons nos cœurs à l'amour et à la guérison que Dieu nous offre.


Les Écritures nous rappellent l'importance de ne pas garder de rancune. Dans les Proverbes, il est dit de ne pas se réjouir de la chute de notre ennemi, nous invitant ainsi à une attitude de compassion et de bienveillance. Difficile n'est ce pas ?. Jésus, Lui, nous exhorte à aimer nos ennemis et à prier pour ceux qui nous persécutent, soulignant la nécessité de libérer notre cœur du ressentiment. Je crois que c'est ça, la Sainteté, lorsque nous sommes capable de prier pour le bien de ceux-là même qui nous persécutent, nous touchons au plus profond du cœur de Dieu.


Mais comment se libérer de la rancune ? Comme toujours cela commence par la reconnaissance de nos sentiments. Nous devons accepter que nous avons été blessés, que nous ressentons de la douleur et de la colère. Il ne s'agit pas de nier ou de réprimer ces émotions, mais de les comprendre et de les exprimer de manière saine.


Ensuite, il est essentiel de se rappeler que la rancune est un choix. Nous avons le pouvoir de décider de la laisser aller. Cela ne signifie pas que nous excusons les torts qui nous ont été faits, mais que nous choisissons de ne pas laisser ces torts nous contrôler. En libérant la rancune, nous nous libérons nous-mêmes.


La rancune, en fin de compte, est un obstacle à notre relation avec Dieu. Elle nous empêche de ressentir pleinement Son amour et Sa grâce. En laissant aller la rancune, nous ouvrons nos cœurs à la guérison divine. Nous permettons à l'amour de Dieu de remplir les espaces vides laissés par la douleur et le ressentiment.


Que cette journée soit une invitation à examiner nos cœurs, à reconnaître les rancunes que nous portons et à faire le choix de les laisser aller. En nous libérant de la rancune, nous faisons de la place pour la paix, la joie et l'amour divin dans nos vies.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page